Logo money-net.ch

Vue d'ensemble

Some text
Nom Dernier +/- +/-% Date/Heure
DAX 12'238.94 -71.43 -0.58% 17.05.2019
ESTX50 EUR P 3'425.64 -12.92 -0.38% 17.05.2019

Chart DAX

Top/Flop DAX

Some text
Nom +/-%
adidas N +1.71%
Merck I +1.29%
Deutsche Boerse N +1.07%
Linde Rg +0.86%
Dt Lufthansa N +0.69%
Some text
Nom +/-%
BMW I -5.53%
thyssenkrupp I -4.81%
Vonovia N -2.84%
Fresenius Medical I -2.19%
BASF N -1.93%

News

  • 17.05.2019 Les Bourses européennes en baisse, toujours inquiètes des tensions commerciales

    Les Bourses européennes en baisse, toujours inquiètes des tensions commerciales

    17.05.2019 | 18:50:59

    Paris (awp/afp) - Les Bourses européennes ont fini en baisse vendredi, en raison de l'incertitude pesant sur le conflit commercial sino-américain, le report des taxes sur les véhicules européens décidé par Donald Trump ne venant pas totalement à bout de l'humeur maussade des investisseurs.

    Donald Trump a accordé jusqu'à six mois de délai à l'Union européenne et au Japon notamment pour négocier un accord commercial pour le secteur automobile, faute de quoi il infligera des droits de douane supplémentaires au risque de faire dérailler la croissance mondiale.

    Cette décision avait été anticipée par les marchés ces derniers jours et n'a donc pas poussé les indices dans le vert.

    Les investisseurs restent prudents quant aux développements dans la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, après une semaine placée sous le signe de l'escalade.

    Les deux pays ont annoncé des hausses de droits de douanes sur leurs produits respectifs et Donald Trump a restreint les équipements télécoms étrangers, visant ostensiblement le chinois Huawei.

    A New York les indices évoluaient en ordre dispersé à la mi-séance après des débuts en dents de scie: l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, montait vers 15H30 GMT de 0,12%, à 25.894,61 points, tandis que le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 0,33%, à 7.872,00 points, et l'indice élargi S&P 500 de 0,04%, à 2.875,27 points.

    L'Eurostoxx 50 a perdu 0,38%.

    La Bourse de Paris a cédé 0,18%. Vallourec a réalisé une bonne performance (+8,44%) grâce à la division quasiment par deux de sa perte nette au premier trimestre 2019.

    Renault a reculé de 0,60% malgré l'augmentation de ses immatriculations en avril comme Peugeot, qui a, lui, fini autour de l'équilibre (+0,05%).

    EUR Francfort, le Dax a baissé de 0,58%. Le secteur automobile a repris quelques couleurs après les annonces de Trump, sans pour autant repasser dans le vert: Daimler a cédé 1,19%, Volkswagen 0,65% et BMW 0,21%.

    La Bourse de Londres a terminé stable (-0,07%). Les banques étaient mal orientées comme Lloyds Banking Group (-1,94%), RBS (-1,85%), Barclays (-1,21%) et HSBC (-0,95%).

    Ailleurs en Europe, Milan a lâché 0,22%, tout comme Amsterdam. Madrid a perdu 0,26% et Lisbonne 0,21% tandis que Bruxelles a reculé plus nettement (-0,92%).

    La Bourse suisse a fini quasiment à l'équilibre, cédant seulement 0,02%.

    afp/rp

    Imprimer
  • 17.05.2019 La Bourse de Francfort reste attentive aux décisions de Trump (Dax -0,58%)

    La Bourse de Francfort reste attentive aux décisions de Trump (Dax -0,58%)

    17.05.2019 | 18:34:05

    Francfort (awp/afp) - La Bourse de Francfort a fini vendredi en baisse, le Dax cédant 0,58%, remontant cependant en fin de séance de son plus bas après le répit accordé par Donald Trump au secteur automobile européen.

    L'indice vedette a reculé de 71,43 points pour finir à 12.238,94 points. Le MDax des valeurs moyennes a de son côté cédé 0,73%, à 25.791,99 points.

    Le Dax s'était enfoncé de plus de 1% en début d'après-midi après l'échec des négociations entre travaillistes et conservateurs britanniques, qui tentaient de trouver un compromis sur le Brexit.

    Mais la place francfortoise a limité ses pertes après l'annonce de Donald Trump d'accorder jusqu'à six mois de répit à l'Union européenne et au Japon notamment pour négocier un accord commercial pour le secteur automobile.

    Faute d'accord, il infligera des droits de douane supplémentaires -- des taxes additionnelles sur les importations de voitures en provenance de l'UE étant une perspective particulièrement redoutée par l'Allemagne.

    Le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier, a d'ailleurs salué la décision, qui a permis selon lui d'éviter "une aggravation du conflit commercial pour le moment".

    Le secteur automobile a repris quelques couleurs après les annonces, sans pour autant repasser dans le vert: Daimler a cédé 1,19% à 53,36 euros, Volkswagen 0,65% à 147,14 euros et BMW 0,21% à 66,16 euros.

    L'équipementier Continental a reculé de 0,20% à 129,04 euros.

    Les acteurs du marché "ne doivent pas se détendre complètement", car "le président américain reste imprévisible", a jugé Milan Cutkovic, analyste chez AxiTrader.

    "Le risque a une longueur de 280 signes: un tweet de Donald Trump et l'ambiance peut basculer", a écrit dans une note Jochen Stanzl, de CMC Markets, qui voit actuellement une tendance générale à la hausse.

    L'indice principal Dax affiche notamment une hausse de 1,49% sur la semaine, et de près de 16% sur l'année.

    Fresenius SE a baissé de 0,41% à 48,81 euros. Après l'acquisition manquée l'an dernier pour 4 milliards d'euros du laboratoire américain Akorn 2018, le patron de Fresenius Stephan Sturm ne voit pas pour le moment de grandes acquisitions "faute d'offre" attrayante, a-t-il déclaré à l'agence DPA.

    Deutsche Bank a perdu 1,00% à 6,84 euros, proche de son plus bas historique. Le parquet de Cologne a lancé une enquête contre la banque allemande et trois autres établissements américains sur des soupçons de fraude fiscale liée à des dividendes, ouvrant un nouvel épisode du scandale "Cum-ex", affirme le quotidien Handelsblatt, soulignant que ni le parquet ni les banques n'ont commenté.

    En bas de palmarès, ThyssenKrupp a lâché 5,59% à 12,51 euros, illustrant la forte volatilité sur le titre depuis l'abandon vendredi dernier du projet de joint-venture dans l'acier avec l'indien Tata.

    afp/rp

    Imprimer
  • 17.05.2019 Les Bourses européennes ballottées par les tensions commerciales

    Les Bourses européennes ballottées par les tensions commerciales

    17.05.2019 | 17:47:15

    Londres (awp/afp) - Les Bourses européennes pourraient encore évoluer au gré des tensions commerciales autour des Etats-Unis, sur fond d'activité économique poussive peu rassurante pour les investisseurs.

    Le marché est resté une nouvelle fois suspendu au dossier commercial lors de la semaine écoulée, se positionnant au gré des annonces parvenant de Chine et des Etats-Unis. Il a connu un démarrage assez éprouvant mais a repris des couleurs mardi, se raccrochant à la perspective d'une rencontre entre les dirigeants américains et chinois. L'embellie a été de courte durée cependant puisque les inquiétudes ont ressurgi en fin de semaine.

    "C'était une semaine en yoyo", a commenté auprès de l'AFP Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque. "Les signaux qu'on nous envoie d'une séance à l'autre sont complètement contradictoires. C'est extrêmement dur de suivre le dossier", a-t-il poursuivi. "Les investisseurs restent quand même assez prudents parce que nous avons eu de mauvaises données économiques du côté américain et chinois, auxquelles s'ajoutent des incertitudes qui s'accentuent encore ce (vendredi) matin sur la guerre commerciale".

    Le conflit a pris en effet une nouvelle dimension, Washington sortant l'artillerie lourde dans le secteur des technologies pour tenter de neutraliser Huawei, acteur incontournable des réseaux mobiles et de la 5G en particulier.

    "Les médias d'Etat chinois ont indiqué que le gouvernement chinois ne voyait pas l'intérêt de poursuivre les discussions dans le climat actuel de droits de douanes rehaussés et d'hostilité à l'encontre de Huawei", a souligné Michael Hewson, analyste chez CMC Markets UK.

    D'après cet analyste londonien, "les discussions pourraient ne pas vraiment reprendre jusqu'au sommet du G20 le mois prochain".

    Instabilité

    En attendant, les marchés de Paris, Londres et Francfort pourraient être soumis aux rumeurs et développements abrupts sur ce sujet, alors que les opérateurs sont déjà peu rassurés par une économie mondiale peu gaillarde.

    A court terme, d'après M. Dembik, "nous n'aurons pas de stabilité a priori car les deux éléments déstabilisateurs qui ont joué cette semaine, c'est-à-dire la guerre commerciale et cette macroéconomie qui revient un peu sur le devant de la scène, seront des éléments qui vont encore perturber" le marché. "On peut faire face à des pics soudains de volatilité à cause d'une annonce qui sera mal interprétée par le marché", a-t-il prévenu.

    L'agenda macroéconomique sera peu garni en Europe cette semaine mais les investisseurs pourraient quand même réagir jeudi à la publication en France comme en Allemagne de données sur le climat des affaires au mois de mai. Destatis publiera le même jour les détails du PIB allemand pour le premier trimestre, lequel s'est repris (+0,4%) après avoir échappé de peu à la récession en seconde partie d'année 2018.

    Au Royaume-Uni, les donneurs d'ordre surveilleront notamment mercredi les chiffres de l'inflation pour avril, qui pourraient peser sur une livre sterling passablement affaiblie par la crise politique sans fin à Westminster.

    Confrontée à une impasse autour du Brexit, la Première ministre conservatrice, Theresa May, a été sommée par son parti de préparer son départ cet été. Les spéculations montent autour du fait que son successeur pourrait être un partisan d'un Brexit dur, prêt à une sortie sans accord avec l'UE, comme l'ex-ministre des Affaires étrangères Boris Johnson.

    Du côté de la microéconomie, les prochains jours seront surtout ponctués à Paris par la tenue des assemblées générales de plusieurs grosses pointures du CAC 40 (Société générale, Orange, Engie ou encore BNP Paribas).

    A Francfort, peu d'annonces marquantes sont attendues a priori du côté des entreprises au sortir de la saison des résultats trimestriels. Le groupe industriel ThyssenKrupp pourrait tenter de retrouver de la stabilité après avoir chuté d'environ 13% depuis lundi, suite à un bond de 28% le vendredi précédent. L'euphorie est passée après ses annonces de profonde réorganisation et de cession de son activité ascenseurs.

    A Londres, quelques résultats sont encore attendus notamment dans le secteur de la distribution, avec les comptes annuels de Marks and Spencer mercredi.

    burs-pn/jbo/cj

    Imprimer
  • 17.05.2019 Francfort suspendue aux négociations commerciales (Dax -0,67%)

    Francfort suspendue aux négociations commerciales (Dax -0,67%)

    17.05.2019 | 09:46:57

    Francfort (awp/afp) - La Bourse de Francfort évoluait vendredi en baisse, le Dax cédant 0,67%, dans un marché qui restait focalisé sur la suite du bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

    A 07H25 GMT l'indice vedette reculait de 82,9 points, à 12.227,47 points et le MDax des valeurs moyennes cédait 0,70% à 25.802,21 points.

    D'un côté, "les tonalités conciliantes récemment émises par Washington ont apaisé les inquiétudes des investisseurs quant à l'escalade finale en une véritable guerre commerciale", selon Milan Cutkovic, analyste d'Axitrader.

    Mais Donald Trump a aussi soufflé le froid en interdisant mercredi aux réseaux américains de télécoms de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure "d'urgence nationale" qui vise l'équipementier Huawei et risque de voir se braquer la Chine.

    Aussi, les acteurs du marché "ne doivent pas se détendre complètement", car "le président américain reste imprévisible et le résultat des négociations (avec Pékin) incertain", ajoute M. Cutkovic.

    Côté valeurs, le laboratoire Merck prenait 0,37% à euros, après une note de Morgan Stanley reprenant l'action sous sa surveillance et recommandant une pondération équilibrée du titre.

    Le secteur automobile évoluait en marche arrière après une stagnation du marché européen en avril. Le géant Volkswagen reculait de 0,47% à 147,40 euros.

    Daimler perdait 0,85% à 53,54 euros et BMW 0,80% à 65,77 euros, au lendemain d'une assemblée générale placée sous le signe de la contestation d'actionnaires après quelques déboires traversés par le groupe munichois.

    La direction de BMW a toutefois reçu jeudi un quitus proche de 98% pour son action passée, ce qui pourrait conforter la position du patron Harald Krüger, dont la prolongation du mandat, qui arrive à terme dans un an, devrait se discuter dans les semaines à venir.

    Fresenius SE cédait 1,41% à 48,32 euros. Après l'acquisition manquée l'an dernier pour 4 milliards d'euros du laboratoire américain Akorn 2018, le patron de Fresenius Stephan Sturm ne voit pas pour le moment de grandes acquisitions "faute d'offre" attrayante, a-t-il déclaré à l'agence DPA.

    Deutsche Bank perdait 1,71% à 6,79 euros, proche de son plus bas historique. Le parquet de Cologne a lancé une enquête contre la banque allemande et trois autres établissements américains sur des soupçons de fraude fiscale liée à des dividendes, ouvrant un nouvel épisode du scandale "Cum-ex", affirme le quotidien Handelsblatt, soulignant que ni le parquet ni les banques n'ont commenté.

    En bas de palmarès, ThyssenKrupp lâchait 3,17% à 12,83 euros, illustrant la forte volatilité sur le titre depuis l'abandon vendredi dernier du projet de joint-venture dans l'acier avec l'indien Tata.

    jpl/lth

    Imprimer
  • 16.05.2019 Francfort veut croire à l'accalmie commerciale (Dax: +1,74%)

    Francfort veut croire à l'accalmie commerciale (Dax: +1,74%)

    16.05.2019 | 18:00:30

    Francfort (awp/afp) - La Bourse de Francfort a fini jeudi en nette hausse, le Dax gagnant 1,74%, dans un marché soutenu par un reflux des menaces protectionnistes américaines sur le secteur automobile européen et les exportations chinoises.

    L'indice vedette a gagné 210,80 points sur la séance pour finir à 12.310,37 points. Le MDax des valeurs moyennes a, de son côté, pris 1,65%, à 25.982,58 points.

    Moins d'une semaine après l'échec de tractations entre les deux pays, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré mercredi au Sénat qu'il se rendrait à Pékin dans un proche avenir afin de reprendre les négociations.

    Le ministère chinois du Commerce a toutefois indiqué jeudi n'avoir "aucune information" sur une visite des responsables américains.

    Mercredi, la place de Francfort avait déjà célébré dans l'euphorie les déclarations de la Maison Blanche sur un report de six mois de l'imposition des taxes douanières supplémentaires sur les importations dans le secteur automobile.

    "Le ton conciliant d'hier du président américain continue de faire fluctuer les cours des actions des deux côtés de l'Atlantique, mais le rassemblement auquel on assiste reste motivé par l'inquiétude" d'une possible reprise des hostilités entre Pékin et Washington, estime Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets.

    Les opérateurs sont venus prendre leurs bénéfices de la veille, plaçant les valeurs automobiles dans le rouge: -0,55% à 54,00 euros pour Daimler et -0,68% à 148,10 euros pour Volkswagen.

    De son côté, le constructeur BMW (-0,29% à 69,80 euros) était toujours en train de boucler à la clôture son assemblée générale annuelle, dans un contexte de défiance des actionnaires après des résultats annuels et trimestriels jugés décevants.

    Enfin, Thyssenkrupp a pris la tête du Dax, avec une hausse de 9,37% à 13,25 euros. Le suédois Kone étudierait la possibilité d'une offre pour la division ascenseurs de Thyssenkrupp, révélait jeudi la presse spécialisée.

    dar/tht/cj

    Imprimer
  • 16.05.2019 Bourse de Francfort: le Dax recule après le coup de pouce de Trump la veille

    Bourse de Francfort: le Dax recule après le coup de pouce de Trump la veille

    16.05.2019 | 09:49:50

    Francfort (awp/afp) - La Bourse de Francfort évoluait jeudi en baisse, le Dax cédant 0,38%, dans un marché toujours suspendu aux décisions du président américain sur le commerce.

    Vers 07H40 GMT, l'indice vedette reculait de 45,88 points, à 12.053,69 points. Le MDax des valeurs moyennes prenait de son côté 0,13% à 25.593,97 points.

    Si le Dax recule, "il est reparti à la hausse d'un point de vue technique", note Milan Cutkovic, analyste de AxiTrader.

    La place francfortoise a accueilli mercredi avec euphorie le report par Donald Trump de la décision sur les taxes douanières sur l'automobile européen -- et les investisseurs prenaient jeudi leurs bénéfices.

    "La direction des marchés reste dictée par Wall Street, où la reprise est encore très fragile", note M. Cutkovic.

    Du côté des valeurs, des prises de bénéfices se reflétaient dans les cours de la branche automobile: Daimler baissait de 1,16% à 53,67 euros, Volkswagen de 0,97% à 147,68 euros et BMW de 0,73% à 69,49 euros.

    Ce dernier doit tenir à partir de 08H00 GMT son assemblée générale annuelle des actionnaires à Munich, alors que le bénéfice net avait été divisé par quatre au premier trimestre, plombé par une provision de risque de 1,4 milliard d'euros.

    L'équipementier Continental reculait également de 1,10% à 129,68 euros.

    Commerzbank, au MDax, reculait de 0,45% à 7,60 euros. Selon plusieurs médias, le directoire doit s'expliquer devant le conseil de surveillance le 21 mai, soit à la veille de l'assemblée générale, pour expliquer sa stratégie après l'arrêt des pourparlers de fusion avec Deutsche Bank (-0,91% à 6,78 euros).

    afp/al

    Imprimer
  • 15.05.2019 Francfort sauvée par l'automobile (Dax +0,90%)

    Francfort sauvée par l'automobile (Dax +0,90%)

    15.05.2019 | 18:02:09

    Francfort (awp/afp) - La Bourse de Francfort a fini mercredi en hausse, le Dax gagnant 0,90% dans un marché saluant le président Trump qui envisage de repousser sa décision sur d'éventuelles taxes douanières sur les importations d'automobiles.

    Emmené par le secteur automobile, l'indice vedette a gagné 107,95 points sur la séance pour finir à 12.099,57 points. Le MDax des valeurs moyennes a de son côté pris 0,56%, à 25.560,60 points.

    Des sources industrielles ont confirmé à l'AFP l'information circulant dans l'après-midi de mercredi, selon laquelle Washington va repousser de six mois l'imposition des taxes douanières supplémentaires sur les importations dans le secteur automobile. La décision officielle de Donald Trump doit intervenir d'ici samedi, conformément à la législation.

    La nouvelle avait fait bondir le Dax de près de 150 points vers 14H15 GMT, suffisamment pour inverser la tendance sur le marché qui campait dans le rouge depuis la matinée.

    Les investisseurs avaient en effet jusque-là fait grise mine, ayant à digérer les dernières péripéties sur les tensions commerciales sino-américaines et des statistiques décevantes mercredi sur la production industrielle en Chine et aux Etats-Unis, ravivant les craintes de décélération de l'économie mondiale.

    Le rebond de l'économie allemande au premier trimestre, avec une progression de 0,4% du PIB par rapport aux trois mois précédents, n'a guère offert de répit, car cette performance a été conforme aux attentes.

    Côté valeurs, le secteur automobile a logiquement formé le trio de tête en clôture du Dax, Volkswagen avançant de 3,44% à 149,12 euros, suivi par BMW (+3,12% à 70,00 euros) et Daimler (+2,94% à 54,30 euros).

    RWE a terminé en hausse de 2,60% à 23,32 euros. L'énergéticien allemand a vu ses bénéfices croître au premier trimestre et a confirmé ses objectifs annuels.

    A l'inverse, son concurrent EON -avec qui RWE est en plein échange d'actifs- a baissé de 1,42% à 9,08 euros, après une note négative de Goldman Sachs.

    L'action de Bayer s'est reprise ce mercredi (+2,02% à 56,45 euros) après la séance noire de la veille, en réaction à la condamnation de sa filiale américaine chèrement acquise dans l'agrochimie, Monsanto, à verser 2 milliards de dollars à un couple de septuagénaires atteints d'un cancer. Il s'agissait du troisième revers judiciaire aux Etats-Unis tandis que des milliers d'autres requêtes sont pendantes, faisant craindre un enfer pour la maison-mère de Leverkusen.

    En bas de palmarès, Thyssenkrupp a fini en fort repli (-4,95% à 12,11 euros), ce qui montre que l'euphorie est passée après les annonces vendredi visant sa profonde réorganisation. L'agence Moody's a en outre abaissé la note de crédit de l'industriel allemand avec une perspective négative, après l'abandon du projet de joint-venture dans l'acier entre l'Allemand et l'Indien Tata.

    jpl/lth

    Imprimer

Indicateurs

Some text
Nom Dernier Tend.
ESTX50 EUR P 3'425.64
DAX 12'238.94
CAC 40 5'438.23
FTSE 100 7'348.62
DJ Industr Average 25'764.00
Petrole Brut Baril 72.21
EUR/USD 1.1174
Source de données:  SIX Financial Information SA