Logo money-net.ch

Vue d'ensemble

Some text
Nom Dernier +/- +/-% Date/Heure
DJ Industr Average 24'706.35 +336.25 +1.38% 18.01.2019
NASDAQ 100 6'784.61 +66.15 +0.98% 18.01.2019
NASDAQ Comb Comp 7'157.23 +72.76 +1.03% 18.01.2019
S&P 500 2'670.71 +34.75 +1.32% 18.01.2019

Chart Dow Jones

Top/Flop Dow Jones

Some text
Nom +/-%
Home Depot Rg +2.69%
Unitedhealth Gro Rg +2.21%
3M Rg +2.16%
Chevron Rg +2.15%
Cisco Systems Rg +1.85%
Pas de données

News

  • 18.01.2019 Wall Street termine en hausse, optimiste sur la guerre commerciale

    Wall Street termine en hausse, optimiste sur la guerre commerciale

    18.01.2019 | 22:46:33

    New York (awp/afp) - La Bourse de New York a fini en hausse vendredi, profitant d'un vent d'optimisme des investisseurs quant à un possible règlement du conflit commercial entre Pékin et Washington dans le sillage d'informations de presse évoquant des efforts mutuels.

    Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 1,38%, à 24.706,35 points.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 1,03%, à 7.157,23 points.

    L'indice élargi S&P 500 a progressé de 1,32% à 2.670,71 points.

    Les marchés ont accueilli avec enthousiasme des informations publiées la veille par le Wall Street Journal, évoquant une potentielle baisse ou suppression des tarifs douaniers américains imposés à la Chine dans le cadre de la guerre commerciale.

    La bonne humeur s'est un peu plus généralisée vendredi lorsque l'agence Bloomberg a fait part d'un éventuel engagement de Pékin à faire reculer progressivement son large excédent commercial avec les Etats-Unis et l'abaisser à zéro à horizon 2024.

    "Nous n'aurions pas tous ces signaux s'il n'y avait pas l'anticipation d'un réel accord", a commenté Karl Haeling de LBBW.

    La relation entre les deux pays est à l'état de "décongélation" ont, quant à eux, estimé les analystes de Wells Fargo. Celle-ci a été abîmée depuis plusieurs mois par des invectives et des tarifs douaniers punitifs réciproques.

    Quatrième semaine de hausse

    Ces nouvelles ont permis aux indices d'amplifier leur hausse sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones gagnant 2,96%, le Nasdaq 2,66% et le S&P 500 2,87%, leur quatrième semaine de hausse de suite après un mois de décembre chaotique.

    Le S&P 500 a par ailleurs réussi à dépasser cette semaine le cap technique des 2.600 points, qui représentait depuis plusieurs semaines un plafond symbolique que les investisseurs ne parvenaient pas à franchir.

    "Le marché avait fait fuir les investisseurs de manière exagérée en décembre. Désormais, ils reviennent et les mauvaises nouvelles semblent plutôt ignorées ces derniers temps", a affirmé M. Haeling.

    La dégringolade de 12,97% de Tesla n'est toutefois pas passée inaperçue vendredi, le constructeur de véhicules électriques ayant annoncé qu'il allait supprimer environ 7% de ses effectifs, soit plus de 3.000 emplois, sur fond d'"avenir compliqué", selon les mots de son patron Elon Musk.

    Parmi les autres valeurs, Netflix a perdu 3,99%. Avec près de 140 millions d'abonnés dans le monde, le groupe est le leader de la vidéo en streaming, mais ce succès se fait au prix d'une coûteuse course aux productions originales, révélée par ses résultats trimestriels jeudi soir.

    L'émetteur de cartes de crédit American Express (AmEx) a pris 1,00%. Son titre s'était affiché en baisse lors de la première partie de séance après l'annonce de résultats trimestriels décevants, marqués à la fois par une hausse des coûts et une augmentation des provisions liées aux défaillances des clients.

    JPMorgan Chase a avancé de 1,62%. Jamie Dimon, le PDG de la banque américaine, va toucher 31 millions de dollars pour l'année 2018, en hausse de 5,1%, une somme record qui pourrait faire de lui le dirigeant le mieux payé de Wall Street.

    Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,787% vers 21H40 GMT, contre 2,750% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans progressait à 3,102%, contre 3,074% la veille.

    alb/lth

    Imprimer
  • 18.01.2019 Wall Street termine en hausse, optimiste sur la guerre commerciale

    Wall Street termine en hausse, optimiste sur la guerre commerciale

    18.01.2019 | 22:38:48

    New York (awp/afp) - La Bourse de New York a fini en hausse vendredi, profitant d'un vent d'optimisme des investisseurs quant à un possible règlement du conflit commercial entre Pékin et Washington dans le sillage d'informations de presse évoquant des efforts mutuels.

    Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 1,38%, à 24.706,35 points.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 1,03%, à 7.157,23 points.

    L'indice élargi S&P 500 a progressé de 1,32% à 2.670,71 points.

    Les marchés ont accueilli avec enthousiasme des informations publiées la veille par le Wall Street Journal, évoquant une potentielle baisse ou suppression des tarifs douaniers américains imposés à la Chine dans le cadre de la guerre commerciale.

    La bonne humeur s'est un peu plus généralisée vendredi lorsque l'agence Bloomberg a fait part d'un éventuel engagement de Pékin à faire reculer progressivement son large excédent commercial avec les Etats-Unis et l'abaisser à zéro à horizon 2024.

    "Nous n'aurions pas tous ces signaux s'il n'y avait pas l'anticipation d'un réel accord", a commenté Karl Haeling de LBBW.

    La relation entre les deux pays est à l'état de "décongélation" ont, quant à eux, estimé les analystes de Wells Fargo. Celle-ci a été abîmée depuis plusieurs mois par des invectives et des tarifs douaniers punitifs réciproques.

    Ces nouvelles ont permis aux indices d'amplifier leur hausse sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones gagnant 2,96%, le Nasdaq 2,66% et le S&P 500 2,87%, leur quatrième semaine de hausse de suite après un mois de décembre chaotique.

    Le S&P 500 a par ailleurs réussi à dépasser cette semaine le cap technique des 2.600 points, qui représentait depuis plusieurs semaines un plafond symbolique que les investisseurs ne parvenaient pas à franchir.

    "Le marché avait fait fuir les investisseurs de manière exagérée en décembre. Désormais, ils reviennent et les mauvaises nouvelles semblent plutôt ignorées ces derniers temps", a affirmé M. Haeling.

    La dégringolade de 12,97% de Tesla n'est toutefois pas passée inaperçue vendredi, le constructeur de véhicules électriques ayant annoncé qu'il allait supprimer environ 7% de ses effectifs, soit plus de 3.000 emplois, sur fond d'"avenir compliqué", selon les mots de son patron Elon Musk.

    Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,788% vers 21H25 GMT, contre 2,750% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans progressait à 3,100%, contre 3,074% la veille.

    alb/lo/lth

    Imprimer
  • 18.01.2019 Wall Street ouvre en hausse, soutenue par l'espoir de détente commerciale

    Wall Street ouvre en hausse, soutenue par l'espoir de détente commerciale

    18.01.2019 | 16:27:25

    New York (awp/afp) - Wall Street a démarré en hausse vendredi, soutenue par l'espoir d'une détente dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, dans le sillage d'informations sur un éventuel abaissement des tarifs douaniers américains.

    Vers 15H15 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,52%, à 24.497,88 points.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,30%, à 7.105,65 points.

    L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,56%, à 2.650,67 points.

    Ces informations du Wall Street Journal, évoquant une possible suppression de tout ou partie des tarifs douaniers punitifs de Washington sur les importations en provenance de Chine, avaient déjà permis à la Bourse de New York de clôturer en hausse jeudi: le Dow Jones avait gagné 0,67% et le Nasdaq 0,76%.

    L'administration de Donald Trump chercherait ainsi à inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, affirmait jeudi le quotidien américain.

    La relation entre les dirigeants chinois et américains, abîmée depuis plusieurs mois par des invectives et des tarifs douaniers punitifs réciproques, semble en être au stade de la "décongélation", ont commenté vendredi les analystes de Wells Fargo.

    Dans ce contexte de léger optimisme, les courtiers misaient sur une détente entre les deux pays, bien que les informations du Wall Street Journal ont été démenties par l'administration Trump.

    "Les dirigeants américains ont beau démentir ces rumeurs, le marché ne veut pas prêter attention" à leurs dénégations, a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.

    28 jours de 'shutdown'

    Moins suivie par les marchés mais également facteur de hausse des indices, la production industrielle est restée ferme en décembre, progressant un peu au dessus des prévisions des analystes, selon les chiffres de la Réserve fédérale (Fed) publiés vendredi.

    De nombreux autres indicateurs économiques américains n'ont pas été publiés ces dernières semaines en raison du "shutdown", la fermeture partielle des administrations fédérales liée à un blocage politique sur le budget entre la Maison Blanche et les démocrates depuis 28 jours.

    Le marché était par ailleurs un peu affaibli vendredi matin par le plongeon de 9,80% du constructeur d'automobiles électriques Tesla après l'annonce d'une suppression d'environ 7% des effectifs et le rappel de 14.123 véhicules Model S en Chine en raison de problèmes avec les airbags.

    Parmi les autres valeurs, Netflix baissait de 4,31%. Avec près de 140 millions d'abonnés dans le monde, Netflix est de loin le leader de la vidéo en streaming, mais ce succès se fait au prix d'une coûteuse course aux productions originales, révélée par ses résultats trimestriels jeudi soir.

    L'émetteur de cartes de crédit American Express (AmEx) baissait de 1,32% après avoir annoncé des résultats trimestriels décevants, marqués à la fois par une hausse des coûts et une augmentation des provisions liées aux défaillances des clients.

    JPMorgan Chase prenait 0,68%. Jamie Dimon, le PDG de la banque américaine, va toucher 31 millions de dollars pour l'année 2018, en hausse de 5,1%, une somme record qui pourrait faire de lui le dirigeant le mieux payé de Wall Street.

    Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,756%, contre 2,750% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans progressait à 3,084%, contre 3,074% la veille.

    alb/jum/jug

    Imprimer
  • 18.01.2019 Wall Street ouvre en hausse, soutenue par l'espoir de détente commerciale

    Wall Street ouvre en hausse, soutenue par l'espoir de détente commerciale

    18.01.2019 | 16:04:59

    New York (awp/afp) - Wall Street a démarré en hausse vendredi, soutenue par l'espoir d'une détente dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine dans le sillage d'informations sur un éventuel abaissement des tarifs douaniers américains.

    Vers 14H50 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,49%, à 24.489,30 points.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,39%, à 7.112,11 points.

    L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,53%, à 2.649,89 points.

    Ces informations du Wall Street Journal, évoquant une possible suppression de tout ou partie des tarifs douaniers punitifs de Washington sur les importations en provenance de Chine, avaient déjà permis à la Bourse de New York de clôturer en hausse jeudi: le Dow Jones avait gagné 0,67% et le Nasdaq 0,76%.

    L'administration de Donald Trump cherche à inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, a affirmé jeudi le quotidien américain.

    La relation entre les dirigeants chinois et américains, abimée depuis plusieurs mois par des invectives et des tarifs douaniers punitifs réciproques, semble en être au stade de la "décongélation", ont commenté vendredi les analystes de Wells Fargo.

    Dans ce contexte de léger optimisme, les courtiers misaient sur une détente entre les deux pays, bien que les informations du Wall Street Journal ont été démenties par l'administration Trump.

    "Les dirigeants américains ont beau démentir ces rumeurs, le marché ne veut pas y prêter attention", a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.

    Moins suivie par les marchés mais également source de hausse des indices, la production industrielle est restée ferme en décembre, progressant un peu au dessus des prévisions des analystes, selon les chiffres de la Réserve fédérale (Fed) publiés vendredi.

    De nombreux autres indicateurs économiques américains n'ont pas été publiés ces dernières semaines en raison du "shutdown", la fermeture partielle des administrations liée à un blocage politique entre la Maison Blanche et les démocrates qui dure depuis 28 jours.

    Le marché était par ailleurs un peu affaibli vendredi matin par le plongeon de 7,50% du constructeur d'automobile électriques Tesla après l'annonce d'une suppression d'environ 7% des effectifs et le rappel de 14.123 véhicules Model S en Chine en raison de problèmes avec les airbags.

    Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,760%, contre 2,750% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans progressait à 3,082%, contre 3,074% la veille.

    alb/jum/nas

    Imprimer
  • 18.01.2019 Paris repart de l'avant, optimiste sur les négociations commerciales

    Paris repart de l'avant, optimiste sur les négociations commerciales

    18.01.2019 | 09:45:20

    Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris regagnait de l'entrain (+0,91%) vendredi matin, les investisseurs espérant un apaisement des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis après des informations selon lesquelles Washington pourrait supprimer les tarifs punitifs à l'égard de Pékin.

    A 09H19 (08H19 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 43,74 points à 4.838,11 points. La veille, il avait fini en recul de 0,34%.

    "Les marchés font preuve d'un peu plus d'optimisme en cette fin de semaine, dans l'espoir que les négociations sino-américaines débouchent sur du concret", a expliqué dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

    "Néanmoins, les indices européens sont toujours bridés à la hausse, principalement à cause du Brexit", a-t-il ajouté.

    Ce dernier est, selon lui, "une machinerie complexe, partiellement hors de contrôle, et il n'existe pas d'alternative (au plan de sortie de Theresa May) qui fasse consensus à cette heure chez les dirigeants britanniques."

    Les tractations souhaitées par la Première ministre britannique avec l'opposition pour parvenir à un consensus sur un accord de Brexit ont abouti jeudi à une impasse, la dirigeante jugeant "impossible" de remplir une condition posée par le Labour.

    Après avoir passé l'essentiel de la séance de jeudi mal orientés, les marchés américains se sont nettement repris "après des informations selon lesquelles les Etats-Unis pourraient envisager d'assouplir certaines taxes douanières à l'égard de la Chine, dans un signe de bonne volonté dans les négociations commerciales en cours", a précisé de son côté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

    L'administration de Donald Trump étudie la possibilité de supprimer tout ou partie des tarifs douaniers imposés à la Chine, pour inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, affirme le Wall Street Journal.

    Cette information, sur la base de sources anonymes, a immédiatement fait bondir la Bourse avant que les indices ne refluent à nouveau.

    Du côté des indicateurs, le marché prendra connaissance des ventes au détail du Royaume-Uni pour décembre et de la production industrielle pour ce même mois aux Etats-Unis.

    Toujours outre-Atlantique, les chiffres de la confiance des consommateurs de l'Université du Michigan complèteront l'agenda.

    Casino bien orienté

    En matière de valeurs, Casino gagnait 3,29% à 37,38 euros malgré un chiffre d'affaires en baisse de 2,4% en 2018, à 36,6 milliards d'euros, marqué par un ralentissement des ventes au dernier trimestre en France, qui a cependant bien résisté malgré les "gilets jaunes".

    Renault progressait de 1,44% à 56,94 euros. Le constructeur automobile, dont le PDG Carlos Ghosn est incarcéré au Japon, a établi l'an dernier un nouveau record de ventes, avec des volumes en hausse de 3,2%, à 3,88 millions de véhicules, selon un communiqué publié vendredi.

    Par ailleurs, le groupe automobile japonais Nissan a annoncé vendredi vouloir récupérer la somme de près de 8 millions d'euros qui aurait été indûment versée à son ex-patron, Carlos Ghosn, par une filiale établie aux Pays-Bas avec son compatriote Mitsubishi Motors (NMBV).

    Fnac Darty s'adjugeait 0,97% à 62,40 euros. Le groupe a annoncé jeudi soir être entré en "négociations exclusives" pour acquérir, au nom de sa filiale France Billet, le site de billetterie en ligne Billetreduc.com, spécialisé dans la vente de places de théâtre, au groupe Lagardère.

    Pierre et Vacances bondissait de 6,22% à 18,10 euros, fort de ventes qui ont progressé de 28,9% au premier trimestre, portées par le succès des locations touristiques et des activités immobilières, même si les nouvelles normes comptables IFRS 15 ont également eu des incidences.

    La Compagnie des Alpes prenait 0,61% à 24,70 euros après que le groupe a enregistré un bon début de saison dans ses domaines skiables en raison de la neige "tombée suffisamment tôt", faisant état d'une activité en progression de 7,3% au premier trimestre de son exercice décalé.

    Société Générale prenait 0,96% à 28,78 euros. La banque a annoncé vendredi avoir conclu avec son homologue sud-africaine Absa un accord pour lui céder ses activités de conservation, de banque dépositaire et de compensation de dérivés opérées à Johannesburg.

    EDF grappillait 0,25% à 13,86 euros alors que sa filiale EDF Renouvelables a annoncé jeudi l'acquisition d'un projet de parc éolien en développement de 300 mégawatts (MW) aux Etats-Unis dans le Nebraska.

    Virbac se repliait en revanche de 4,78% à 119,60 euros. Le fabricant tricolore de produits vétérinaires a légèrement augmenté son chiffre d'affaires en 2018, mais il a été freiné par des effets de change défavorables, des ventes en berne au Chili et un impact négatif aux Etats-Unis.

    Carbios montait de 6,11% à 5,12 euros après que la start-up française et son partenaire Toulouse White Biotechnology (TWB) ont annoncé jeudi avoir obtenu un financement de 7,5 millions d'euros pour accompagner l'industrialisation de leur technologie de recyclage du plastique par l'action d'enzymes.

    jra/ef/mcj

    Imprimer
  • 17.01.2019 Wall Street finit en hausse, espoirs d'une détente des tensions commerciales

    Wall Street finit en hausse, espoirs d'une détente des tensions commerciales

    17.01.2019 | 22:58:37

    New York (awp/afp) - Wall Street a terminé en hausse jeudi, soutenue en fin de séance par des informations de presse évoquant une possible suppression de tout ou partie des tarifs douaniers punitifs de Washington sur les importations chinoises.

    Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,67%, à 24.370,10 points.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 0,71%, à 7.084,46 points. L'indice élargi S&P 500 a quant à lui progressé de 0,76% à 2.635,96 points.

    L'administration de Donald Trump étudie la possibilité de supprimer tout ou partie des tarifs douaniers imposés sur plus de 250 milliards de dollars de biens importés de Chine, pour inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, a affirmé jeudi le Wall Street Journal.

    Cette idée a été avancée par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin lors de réunions de réflexion stratégiques, afin de faire progresser les discussions et encourager les dirigeants chinois à s'engager plus avant sur des réformes de long terme, écrit le quotidien.

    "C'est le genre de nouvelle qui pourrait apporter un véritable coup de fouet aux indices", a réagi Peter Cardillo, du cabinet Spartan Capital.

    A intervalles réguliers, les indices boursiers plongent depuis l'été dernier sous l'effet de commentaires virulents ou de décisions surprises du président amérciain et de son administration contre la Chine.

    Une détente entre les deux pays pourrait donc apporter de l'oxygène aux marchés, au moment où cette guerre commerciale menée à coups de tarifs douaniers punitifs menace d'avoir de lourdes conséquences sur la croissance mondiale.

    Appétit pour le risque

    Avant cette nouvelle, les indices évoluaient déjà en petite hausse, peu affectés par les résultats jugés décevants de la banque d'affaires Morgan Stanley (-4,41%).

    "On sent que l'appétit des investisseurs pour le risque continue à agir après le désastre boursier de décembre, dans un contexte où le début de la saison des résultats est plutôt satisfaisant dans sa globalité", a noté Nate Thooft de Manulife AM.

    Alors que les résultats de Morgan Stanley ont déçu, ceux du producteur d'aluminium et de bauxite Alcoa ont rassuré. Le groupe a renoué avec les bénéfices au dernier trimestre 2018, bénéficiant d'une hausse des prix, et s'est montré plutôt optimiste pour 2019 tout en anticipant une demande moins forte. Son titre a pris 2,10%.

    Depuis début janvier, l'indice S&P 500, qui regroupe les 500 plus grosses entreprises cotées aux Etats-Unis, a pris plus de 5%.

    Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,754% vers 21H50 GMT, contre 2,722% mercredi à la clôture, et celui à 30 ans avançait à 3,078%, contre 3,071% la veille.

    Sur le front des valeurs, l'entreprise ferroviaire CSX a perdu 0,44% malgré un bénéfice par action trimestriel en hausse. Le groupe a revu à la baisse ses prévisions sur l'ensemble de l'année.

    Fossil a pris 3,33% alors que Google, filiale d'Alphabet (+0,83%), a annoncé qu'il allait acquérir pour 40 millions de dollars sa technologie de montres intelligentes.

    La chaîne de magasins Sears a, elle, perdu 9,82% après avoir confirmé qu'Edward Lampert, le financier qui a dirigé l'enseigne et déposé son bilan l'année dernière afin de la restructurer, avait remporté le projet d'achat des actifs restants.

    CBS a progressé de 2,01%: l'ancien PDG de la chaîne américaine, Leslie Moonves, évincé en septembre sur la foi d'accusations d'abus sexuels, a demandé un arbitrage après que le groupe a refusé de lui verser des indemnités de départ de 120 millions de dollars.

    alb/jug

    Imprimer
  • 17.01.2019 Wall Street finit en hausse, espoirs d'une détente des tensions commerciales

    Wall Street finit en hausse, espoirs d'une détente des tensions commerciales

    17.01.2019 | 22:36:55

    New York (awp/afp) - Wall Street a terminé en hausse jeudi, soutenue en fin de séance par des informations de presse évoquant une possible suppression de tout ou partie des tarifs douaniers punitifs de Washington sur les importations chinoises.

    Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,67%, à 24.370,10 points.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 0,71%, à 7.084,46 points. L'indice élargi S&P 500 a quant à lui progressé de 0,76% à 2.635,96 points.

    L'administration de Donald Trump étudie la possibilité de supprimer tout ou partie des tarifs douaniers imposés sur plus de 250 milliards de dollars de biens importés de Chine, pour inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, a affirmé jeudi le Wall Street Journal.

    Cette idée a été avancée par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin lors de réunions de réflexion stratégiques, afin de faire progresser les discussions et inciter Pékin à s'engager plus avant sur des réformes de long terme, écrit le quotidien.

    "C'est le genre de nouvelle qui pourrait apporter un véritable coup de fouet aux indices", a réagi Peter Cardillo, du cabinet Spartan Capital.

    A intervalles réguliers, les indices boursiers plongent depuis l'été dernier sous l'effet de commentaires virulents ou de décisions surprises du président amérciain et de son administration contre la Chine.

    Une détente entre les deux pays pourrait donc apporter de l'oxygène aux marchés, au moment où cette guerre commerciale menée à coups de tarifs douaniers punitifs menace d'avoir de lourdes conséquences sur la croissance mondiale.

    Avant cette nouvelle, les indices évoluaient déjà en petite hausse, peu affectés par les résultats jugés décevants de la banque d'affaires Morgan Stanley (-4,41%).

    "On sent que l'appétit des investisseurs pour le risque continue à agir après le désastre boursier de décembre, dans un contexte où le début de la saison des résultats est plutôt satisfaisant dans sa globalité", a noté Nate Thooft de Manulife AM.

    Alors que les résultats de Morgan Stanley ont déçu, ceux du producteur d'aluminium et de bauxite Alcoa ont rassuré. Le groupe a renoué avec les bénéfices au dernier trimestre 2018, bénéficiant d'une hausse des prix, et s'est montré plutôt optimiste pour 2019 tout en anticipant une demande moins forte. Son titre a pris 2,10%.

    Depuis début janvier, l'indice S&P 500, qui regroupe les 500 plus grosses entreprises cotées aux Etats-Unis, a pris plus de 5%.

    Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,749%, contre 2,722% mercredi à la clôture, et celui à 30 ans avançait à 3,073%, contre 3,071% la veille.

    alb/jug

    Imprimer

Indicateurs

Some text
Nom Dernier Tend.
DJ Industr Average 24'706.35
NASDAQ 100 6'784.61
NASDAQ Comb Comp 7'157.23
S&P 500 2'670.71
ESTX50 EUR P 3'134.92
Petrole Brut Baril 62.70
Source de données:  SIX Financial Information SA