Logo money-net.ch

Vue d'ensemble

Some text
Nom Dernier +/- +/-% Date/Heure
DJ Industr Average 25'466.65 -309.96 -1.20% 15:33:48
NASDAQ 100 7'312.52 -108.14 -1.46% 15:33:48
NASDAQ Comb Comp 7'630.73 -120.11 -1.55% 15:33:48
S&P 500 2'821.46 -34.81 -1.22% 15:38:48

Chart Dow Jones

Top/Flop Dow Jones

Some text
Nom +/-%
Home Depot Rg +1.75%
Intel Rg +1.52%
Coca-Cola Co Rg +0.34%
Johnson & Johnso Rg +0.30%
Some text
Nom +/-%
Utd Techs Rg -3.60%
IBM Rg -3.13%
Dow Rg -3.07%
Chevron Rg -2.53%
Exxon Mobil Rg -2.51%

News

  • 19:13:46 Les Bourses européennes reculent, plombées par les tensions commerciales

    Les Bourses européennes reculent, plombées par les tensions commerciales

    23.05.2019 | 19:13:46

    PARIS (awp/afp) - Les Bourses européennes ont terminé en net repli jeudi, plongeant de concert face à l'intensification des tensions commerciales opposant Pékin et Washington tandis que des indicateurs médiocres et la dégringolade du pétrole attisaient les craintes sur la santé de l'économie mondiale.

    Les investisseurs s'inquiètent de plus en plus de l'intensification des tensions sino-américaines, qui se cristallisent notamment autour du géant chinois des télécoms Huawei, placé la semaine dernière par Washington sur une liste de sociétés suspectes.

    Aucune détente se semblait se dessiner jeudi: le chef de la diplomatie américaine a accusé Huawei de mentir sur ses véritables liens avec les autorités chinoises qui, elles, dénoncent le "harcèlement" des Etats-Unis à l'encontre du numéro deux mondial des smartphones.

    "Pékin a confirmé ses lignes rouges aujourd'hui (...) le chemin vers une trêve commerciale se rallonge. Pour les marchés boursiers, cela implique une phase de complications", décrypte Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets.

    "Aucune porte ne s'ouvre à nouveau du point de vue des discussions" entre les deux puissances, abonde Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

    La publication d'indices PMI particulièrement décevants des deux côtés de l'Atlantique, et qui ont surpris à la baisse, a en outre accentué la défiance des acteurs de marché.

    Et ce d'autant que le Fonds monétaire international (FMI) a averti jeudi que la guerre commerciale pourrait faire dérailler le rebond économique mondial attendu pour le second semestre 2019.

    A Wall Street, les indices évoluaient dans le rouge à la mi-séance, le Dow Jones Industrial Average reculant de 1,53%, à 25.381,25 points, tandis que l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, abandonnait 1,94%, à 7.600,59 points.

    L'Eurostoxx 50 a fini en repli de 1,69%.

    A Paris, l'indice CAC 40 a perdu 1,81%, à 5.281,37 points, lesté par des titres comme Derichebourg (-12,24% à 3,07 euros) mais également les valeurs pétrolières, pénalisées par la dégringolade des cours, à l'image de CGG (-7,50% à 1,45 euro) ou Vallourec (-5,10% à 2,19 euros).

    A Francfort, le Dax a fini en repli de 1,78%, à 11.952,41 points, notamment pénalisé par une baisse historique de Deutsche Bank (-2,39% à 6,46 euros), le titre pâtissant de la piètre performance de la banque. L'industriel Thyssenkrupp, affaibli par les difficultés du secteur de l'acier, a perdu 4,80% à 12,19 euros.

    A Londres, l'indice FTSE-100 a perdu 1,41%, à 7.231,04 points. Le motoriste d'avion Rolls-Royce (-3,20% à 890 pence) a notamment souffert, à l'unisson de titres sensibles à l'activité chinoise, à l'instar du spécialiste du luxe Burberry (-2,38% à 1.786 pence) et de la compagnie minière Antofagasta (-4,01% à 779,60 pence).

    Ailleurs en Europe, toutes les grandes places ont fini dans le rouge. La Bourse de Milan a ainsi terminé en forte baisse de 2,12%, à 20.136 points, pénalisée par StMicroelectronics (-5,67% à 13,725 euros).

    La Bourse d'Amsterdam a lâché 1,67%, à 543.71 points, celle de Madrid 1,12%, à 9.128,70 points, tandis que celle de Lisbonne abandonnait 0,98%, à 5.057,92 points.

    La Bourse suisse a reculé de 0,53%, à 9.594,31 points, plombé par le plongeon des cimentiers franco-suisse LafargeHolcim (-3,05% à 50,14 francs suisses) et de Credit Suisse (-2,39% à 11,63 francs suisses).

    afp/rp

    Imprimer
  • 19:00:00 Aux Etats-Unis, les marchés financiers bousculés par la guerre commerciale

    Aux Etats-Unis, les marchés financiers bousculés par la guerre commerciale

    23.05.2019 | 19:00:00

    New York (awp/afp) - Indices de Wall Street en berne, chute du pétrole et taux d'emprunt en forte baisse: aux Etats-Unis les marchés financiers étaient fortement perturbés jeudi par la guerre commerciale et ses potentielles conséquences sur l'économie.

    L'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, reculait à la mi-séance vers 16H00 GMT de 1,53% à 25.381,25 points.

    Le baril de pétrole de référence aux Etats-Unis, le WTI, plongeait de 5,03% à 58,31 dollars, tandis que le Brent, coté à Londres, perdait 4,50% à 67,80 dollars.

    Et, signe de l'appétence des investisseurs pour les actifs jugés moins risqués, le taux à 10 ans de la dette des Etats-Unis descendait à 2,315%, son plus bas niveau depuis fin 2017.

    Les investisseurs s'inquiètent de plus en plus de la montée des tensions sino-américaines, qui se cristallisent actuellement autour du géant chinois des télécoms Huawei placé la semaine dernière par Washington sur une liste de sociétés suspectes.

    Alors que le numéro deux mondial des smartphones est peu à peu lâché par ses partenaires commerciaux, la Chine a dénoncé jeudi un "harcèlement" de la part des Etats-Unis et annoncé avoir adressé "une protestation solennelle" à Washington. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a de son côté accusé Huawei de mentir sur ses véritables liens avec les autorités chinoises.

    "Le risque est que les deux parties restent campées dans leur entêtement et que les tensions commerciales se prolongent au-delà de 2019", a commenté Art Hogan, de la société d'investissement National.

    Le Fonds monétaire international a d'ailleurs lancé jeudi un sérieux avertissement aux Etats-Unis et à la Chine en affirmant que leur bras de fer risquait de compromettre le rebond économique mondial attendu pour le second semestre 2019.

    Des statistiques américaines ont conforté jeudi cette hypothèse: selon la première estimation de l'indice PMI composite du cabinet Markit publiée jeudi, la croissance de l'activité privée a fortement ralenti en mai en s'affichant à 50,9 points, son plus bas niveau en trois ans.

    L'indice mesurant la production manufacturière, à 50,6 points, est même descendu à son plus bas niveau depuis 2009.

    "Pour une fois, les investisseurs ne réagissent pas seulement à des tweets et au bruit ambiant sur les négociations commerciales", a commenté Gregori Volokhine, gestionnaire de portefeuille pour Meeschaert Financial Services. "Ces indices tout frais sont le premier signe qu'on s'approche peut-être d'un point d'inflexion sur la croissance américaine."

    Si le PMI s'affaisse sous le seuil des 50 points, cela signifie que l'activité se replie.

    Les marchés sont aussi sensibles, selon M. Volokhine, au fait que le président Donald Trump ait exhorté mercredi les démocrates du Congrès à arrêter leurs "investigations bidon" après avoir coupé court à une réunion censée porter sur un vaste programme d'infrastructures.

    "C'était un sujet d'entente entre démocrates et républicains. S'il n'est plus du tout possible de collaborer entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif, ça va être compliqué de négocier des sujets aussi importants pour l'économie que le plafond de la dette ou le budget", a-t-il relevé.

    afp/rp

    Imprimer
  • 16:31:52 Wall Street ouvre en baisse alors que la tension monte entre Chine et USA

    Wall Street ouvre en baisse alors que la tension monte entre Chine et USA

    23.05.2019 | 16:31:52

    New York (awp/afp) - La Bourse de New York reculait nettement à l'ouverture jeudi, plombée par la montée des tensions sino-américaines qui se cristallisent actuellement autour du géant chinois des télécoms Huawei.

    L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, baissait vers 14H15 GMT de 1,37%, à 25.422,97 points, et l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, de 1,52%, à 7.633,12 points.

    L'indice élargi S&P 500 reculait de 1,24%, à 2.820,72 points.

    Wall street avait déjà clôturé en baisse mercredi dans un marché à nouveau assombri par les incertitudes liées aux conséquences de la guerre commerciale entre Pékin et Washington: le Dow Jones Industrial Average avait perdu 0,39% et l'indice Nasdaq 0,45%.

    Huawei, que l'administration Trump a placé la semaine dernière sur une liste de sociétés suspectes auxquelles il est interdit de vendre des équipements technologiques, était de nouveau jeudi au centre de l'attention. Soupçonnée d'espionnage au profit de Pékin, la firme est depuis longtemps dans le collimateur des autorités américaines.

    Alors que le numéro deux mondial des smartphones est peu à peu lâché par ses partenaires commerciaux, la Chine a dénoncé jeudi un "harcèlement" de la part des Etats-Unis contre Huawei et a annoncé avoir adressé "une protestation solennelle" à Washington.

    Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a, pour sa part, affirmé jeudi que le groupe, qui affirme ne pas collaborer avec le gouvernement chinois, mentait.

    "Le risque est que les deux parties restent campées dans leur entêtement et que les tensions commerciales se prolongent au-delà de 2019", a commenté Art Hogan, de la société d'investissement National.

    Le Fonds monétaire international a d'ailleurs lancé jeudi un sérieux avertissement aux Etats-Unis et à la Chine en affirmant que leur bras de fer risque de compromettre le rebond économique mondial attendu pour le second semestre 2019.

    Le secteur des semi-conducteurs était de nouveau sous pression jeudi, Qualcomm perdant par exemple 3,40%, AMD 3,94% et Nvidia 3,63%.

    Les investisseurs étaient d'autant plus prudents que les sources d'incertitudes se multiplient actuellement, entre les élections européennes ou la position de plus en plus précaire de la Première ministre, Theresa May, à la tête du gouvernement britannique en raison du Brexit.

    Et les indicateurs en provenance de la zone euro étaient plutôt décevants, entre la baisse du moral des entrepreneurs allemands à son plus bas en quatre ans en mai, selon le baromètre IFO, et la progression très légère de l'activité privée dans la zone euro en mai, selon la première estimation de l'indice PMI composite du cabinet Markit.

    Aux Etats-Unis, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont enregistré une baisse surprise pour la semaine achevée le 18 mai.

    Parmi les valeurs du jour, Boeing perdait 2,39% alors qu'une réunion cruciale se déroule jeudi entre des régulateurs aériens du monde entier à Fort Worth (Texas, sud), qui pourrait donner une idée un peu plus précise sur le retour en service du 737 MAX.

    Le fabricant de cosmétiques Avon bondissait de 8,88% après l'annonce de son rachat par le groupe brésilien Natura Cosmeticos, une opération qui donnera naissance au quatrième groupe mondial de produits de beauté, avec une capitalisation de 11 milliards de dollars.

    L Brands, la maison mère des magasins de lingerie Victoria's Secret, s'envolait de 14,09% après avoir fait part de prévisions plus élevées que prévu pour l'année.

    Signe de l'appétence des investisseurs pour des actifs jugés moins risqués, sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis baissait à 2,332%, contre 2,382% mercredi soir.

    jum/alb/cj

    Imprimer
  • 16:13:18 Wall Street ouvre en baisse alors que la tension monte entre Chine et USA

    Wall Street ouvre en baisse alors que la tension monte entre Chine et USA

    23.05.2019 | 16:13:18

    New York (awp/afp) - La Bourse de New York reculait nettement à l'ouverture jeudi, plombée par la montée des tensions sino-américaines qui se cristallisent actuellement autour du géant chinois des télécoms Huawei.

    L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, baissait vers 13H55 GMT de 1,54%, à 25.378,64 points, et l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, de 1,51%, à 7.634,14 points.

    L'indice élargi S&P 500 reculait de 1,31%, à 2.818,81 points.

    Wall street avait déjà clôturé en baisse mercredi dans un marché à nouveau assombri par les incertitudes liées aux conséquences de la guerre commerciale entre Pékin et Washington: le Dow Jones Industrial Average avait perdu 0,39% et l'indice Nasdaq 0,45%.

    Huawei, que l'administration Trump a placé la semaine dernière sur une liste de sociétés suspectes auxquelles il est interdit de vendre des équipements technologiques, était de nouveau jeudi au centre de l'attention. Soupçonnée d'espionnage au profit de Pékin, la firme est depuis longtemps dans le collimateur des autorités américaines.

    Alors que le numéro deux mondial des smartphones est peu à peu lâché par ses partenaires commerciaux, la Chine a dénoncé jeudi un "harcèlement" de la part des Etats-Unis contre Huawei et a annoncé avoir adressé "une protestation solennelle" à Washington.

    Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a, pour sa part, affirmé jeudi que le groupe, qui affirme ne pas collaborer avec le gouvernement chinois, mentait.

    "Le risque est que les deux parties restent campées dans leur entêtement et que les tensions commerciales se prolongent au-delà de 2019", a commenté Art Hogan, de la société d'investissement National.

    Le Fonds monétaire international a d'ailleurs lancé jeudi un sérieux avertissement aux Etats-Unis et à la Chine en affirmant que leur bras de fer risque de compromettre le rebond économique mondial attendu pour le second semestre 2019.

    Les investisseurs étaient d'autant plus prudents que les sources d'incertitudes se multiplient actuellement, entre les élections européennes ou la position de plus en plus précaire de la Première ministre, Theresa May, à la tête du gouvernement britannique en raison du Brexit.

    Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis baissait et s'échangeait à 2,328%, contre 2,382% mercredi soir.

    jum/vog/cj

    Imprimer
  • 12:52:24 Tokyo finit en repli, le commerce pèse toujours

    Tokyo finit en repli, le commerce pèse toujours

    23.05.2019 | 12:52:24

    Tokyo (awp/afp) - La Bourse de Tokyo a clôturé en baisse jeudi après une séance négative à Wall Street, alors que s'intensifient les inquiétudes liées aux tensions commerciales entre Pékin et Washington, se cristallisant autour du géant chinois des télécoms Huawei.

    A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,62% (-132,23 points) à 21.151,14 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a reculé de 0,36% (-5,63 points) à 1.540,58 points.

    Du côté des devises, le dollar s'est replié à 110,26 yens, contre 110,44 yens mercredi à la fermeture de la place tokyoïte, tandis que l'euro fléchissait à 122,95 yens, contre 123,15 yens, des mouvements défavorables à l'achat de titres de groupes exportateurs japonais.

    "Les valeurs technologiques ont été les premières victimes tandis que les craintes montent autour de la guerre commerciale sino-américaine", a commenté pour l'AFP Shinichi Yamamoto, courtier chez Okasan Securities.

    La Chine a dénoncé jeudi un "harcèlement" de la part des Etats-Unis contre Huawei, le numéro deux mondial des smartphones qui est lâché un à un par ses partenaires commerciaux depuis sa mise à l'index par Washington.

    L'administration Trump a placé Huawei sur une liste de sociétés suspectes auxquelles il est interdit de vendre des équipements technologiques, franchissant une nouvelle étape dans son conflit commercial avec Pékin.

    Le secteur high-tech a aussi fait les frais de la dégringolade la veille en Bourse de la société américaine Qualcomm, accusée par la justice américaine d'avoir "étranglé la concurrence" grâce à sa position de force dans les microprocesseurs pour téléphones mobiles.

    A Tokyo, le fabricant de composants électroniques TDK a ainsi plongé de 6,52% à 7.450 yens, tandis que Sony a dévissé de 3,73% à 5.366 yens.

    Dans les semi-conducteurs, Advantest a perdu 2,55% à 2.669 yens et Tokyo Electron 2,45% à 14.910 yens.

    Déroute aussi pour le géant des télécommunications SoftBank Group (-5,30% à 10.090 yens). Selon des informations de presse, le ministère américain de la Justice est défavorable à la fusion de sa filiale Sprint avec son concurrent T-Mobile aux Etats-Unis.

    A noter enfin, le petit repli du géant de l'électronique Panasonic (-0,88% à 896,6 yens): il a annoncé qu'il allait cesser de fournir à Huawei certains composants fabriqués complètement ou partiellement aux Etats-Unis pour se conformer à l'interdiction du gouvernement américain.

    si-anb/evs

    Imprimer
  • 10:04:59 Paris en baisse, fragilisée par les tensions commerciales

    Paris en baisse, fragilisée par les tensions commerciales

    23.05.2019 | 10:04:59

    Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris était en mauvaise posture jeudi matin (-0,92%) dans le sillage de la clôture de Wall Street, rendue nerveuse par l'intensification des incertitudes commerciales, en attendant par ailleurs la publication du compte-rendu de la dernière réunion de la BCE.

    A 09H50 (07H50 GMT), l'indice CAC 40 perdait 49,64 points à 5.329,34 points. Mercredi, l'indice avait terminé en recul de 0,12% à 5.378,98 points.

    Le marché Parisien a ouvert en baisse "dans le sillage de la clôture des marchés américains et des craintes concernant l'évolution des relations commerciales entre Washington et Pékin", ont résumé dans une note les analystes de Mirabaud Securities Genève.

    Selon eux, "les tensions ont progressé d'un cran après que Panasonic a rejoint la liste des groupes qui ont annoncé couper tout ou partie de leurs liens avec Huawei", le fabricant chinois de smartphones et d'équipements de télécommunications.

    La nouvelle est tombée au lendemain de l'annonce de la suspension par quatre grands opérateurs nippons et britanniques de la commercialisation de nouveaux modèles Huawei, ces appareils pouvant perdre une grande partie de leur intérêt sans l'apport de technologies américaines.

    Panasonic va quant à lui cesser de fournir des composants, sans préciser lesquels, à Huawei et ses 68 sociétés affiliées soumises à l'interdiction du gouvernement américain.

    A l'oeuvre depuis près d'un an désormais, l'imposition de tarifs douaniers punitifs entre Pékin et Washington semble parfois inextricable, alors qu'aucun des deux camps ne semble vouloir céder.

    Mercredi, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a reconnu que les consommateurs américains pourraient payer plus cher quelques produits en raison des droits de douane imposés sur des biens en provenance de Chine équivalent à 250 milliards de dollars d'importations, contrairement aux dénégations du président américain Donald Trump.

    L'ambassadeur de Chine aux Etats-Unis a pour sa part accusé Washington d'avoir à maintes reprises "changé d'avis du jour au lendemain" et d'avoir ainsi fait échouer des accords susceptibles de mettre fin au différend commercial.

    "Les incertitudes autour de ces négociations commerciales vont perdurer au moins jusqu'au G20", selon Aurel BGC.

    Les investisseurs seront également attentifs à la publication, à la mi-journée, du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), au lendemain de celle de la Fed.

    "Dans l'ensemble, le compte-rendu de la dernière réunion politique" aux Etats-Unis "a montré que les responsables étaient globalement à l'aide avec leur posture actuelle de statu quo", ont estimé les analystes du courtier Aurel BGC.

    L'agenda était par ailleurs riche en indicateurs économiques. En France, l'activité du secteur privé a continué de se redresser en mai pour atteindre un plus haut depuis six mois, portée par le secteur des services et la reprise de la production manufacturière, selon un indice provisoire publié par le cabinet IHS Markit.

    Les investisseurs prendront également connaissance en Allemagne du PIB du premier trimestre ainsi que du baromètre Ifo du moral des entrepreneurs pour le mois de mai.

    Les ventes au détail pour le mois d'avril en Angleterre sont également attendues, tout comme les ventes de maisons neuves aux Etats-Unis, également en avril.

    Derichebourg chute

    Du côté des valeurs, Derichebourg lâchait 8,29% à 3,21 euros pénalisé par la chute de son bénéfice net au premier semestre de son exercice décalé 2018/2019, en raison d'un environnement peu favorable affectant son activité de traitement de métaux.

    Le volailler LDC (Le Gaulois, Marie, poulets de Loué) prenait 0,45% à 112,50 euros après avoir vu son bénéfice net croître de 5,7% à 149 millions d'euros sur son exercice décalé 2018/2019, et ses ventes dépasser les 4 milliards d'euros, grâce à une série d'acquisitions.

    Les titres du secteur pétrolier restaient pénalisés par la baisse des cours en raison de la hausse des réserves américaines. Le conflit commercial affectait plus globalement le marché des matières premières.

    CGG chutait de 5,68% à 1,48 euro, Vallourec reculait de 3,59% à 2,23 euros ou encore TechnipFMC de 1,01% à 0,93 euro.

    as/tq/nth

    Imprimer
  • 06:26:00 Qualcomm condamné pour pratiques anti-concurrentielles et dévisse en Bourse

    Qualcomm condamné pour pratiques anti-concurrentielles et dévisse en Bourse

    23.05.2019 | 06:26:00

    Washington (awp/afp) - Qualcomm s'est effondré en Bourse mercredi après qu'une juge américaine l'a accusé d'avoir "étranglé la concurrence" grâce à sa position de force dans les microprocesseurs pour téléphones mobiles, sa spécialité, et lui a ordonné de modifier ses pratiques commerciales.

    Ce jugement, rendu tard dans la nuit de mardi à mercredi en Californie, donne raison à la Commission fédérale des télécommunications (FTC), qui avait porté plainte en 2017 contre le fabricant américain de composants pour smartphones, accusé d'user de sa position pour imposer des conditions financières exorbitantes.

    Qualcomm, un des leaders du secteur et en pointe dans les puces 5G nouvelle génération, a une double casquette : il est à la fois détenteur de nombreuses licences sur des brevets technologiques mais aussi fabricant de certains types de puces indispensables aux smartphones.

    Résultat, il est difficilement contournable par les différents acteurs du secteur.

    "Les pratiques d'attribution de licences de Qualcomm ont étranglé la concurrence" pendant des années dans des segments clé du marché des microprocesseurs pour mobiles ("modem chips", les puces qui relient les mobiles aux réseaux télécoms), écrit la juge, qui affirme que le groupe a "nui à ses rivaux, aux fabricants et aux consommateurs".

    Il lui est notamment reproché d'indexer les prix de ses licences sur la totalité de la valeur du smartphone et non pas sur la seule technologie dont il détient le brevet.

    La juge a aussi estimé que ces pratiques risquaient de se poursuivre en raison de la position occupée par Qualcomm dans le développement de puces pour la 5G, l'accès mobile ultra-rapide en cours de déploiement. Le groupe, qui a déjà subi des revers judiciaires concernant ses pratiques commerciales dans plusieurs pays du monde, va faire appel de la décision.

    "Nous sommes en total désaccord avec les conclusions de la juge, son interprétation des faits et son application de la loi", a déclaré Don Rosenberg, directeur juridique de l'entreprise californienne, dans un communiqué.

    Qualcomm a chuté de 10,86% à la Bourse à New York mercredi.

    C'est une "victoire importante pour la concurrence dans un secteur clé de l'économie", a réagi la FTC.

    Modèle économique

    Ce jugement, dans lequel la juge détaille, sur 233 pages, les pratiques commerciales de Qualcomm, est un coup dur pour le fabricant et son modèle économique, largement basé sur les ventes de licences d'exploitation de ses brevets.

    Il exige que Qualcomm renégocie ses contrats de "bonne foi" et "sans menace de couper l'approvisionnement ou autres clauses discriminatoires" sur l'approvisionnement de puces de connexion, l'accès au support technique ou à des logiciels.

    L'entreprise doit aussi mettre à disposition de fabricants de puces modem des accords de licence "justes" et elle se voit interdire de passer des accords exclusifs.

    Pour s'assurer qu'elle respecte bien ces injonctions, Qualcomm devra faire un rapport annuel à la FTC pendant 7 ans.

    "Ce jugement est une victoire pour la technologie mobile et la compétitivité américaine dans la 5G", a réagi la Computer & Communications Industry Association, qui représente de grands noms du secteur tech et télécoms.

    Si l'association de consommateurs Public Knowledge a elle aussi salué cette décision, l'analyste Patrick Moorhead (Moor Insights & Strategy) a au contraire évoqué une "parodie" de justice.

    "Pour être reconnu coupable, il faut prouver qu'il y a eu un dommage et il n'y avait aucune preuve de dommage pour les consommateurs, fabricants de puces ou d'appareils", a-t-il estimé.

    Pour Daniel Newman (Futurum Research), ce jugement est une mauvaise nouvelle pour les Etats-Unis, qui veulent être numéro un dans la 5G, un sujet très sensible qui cristallise en partie le conflit commercial actuel entre Pékin et Washington. Le secteur des composants pour appareils mobiles est d'ailleurs secoué par les sanctions américaines contre le géant télécoms chinois Huawei.

    Dans ce contexte, "affaiblir une entreprise (de ce secteur) en ce moment est au mieux ironique, et au pire, un risque grave pour l'écosystème d'innovation américain tout entier", a-t-il estimé.

    Dans l'immédiat, ce jugement pourrait surtout encourager des entreprises s'estimant lésées par Qualcomm à le poursuivre en justice.

    Le groupe avait pourtant enterré mi-avril la hache de guerre avec un adversaire de taille, Apple, après deux ans de bataille juridique acharnée dans le monde entier entre la marque à la pomme et son ex-fournisseur. Ils avaient même signé un nouveau contrat pour plusieurs années sur les licences et la fourniture de puces.

    afp/jh

    Imprimer

Indicateurs

Some text
Nom Dernier Tend.
DJ Industr Average 25'466.65
NASDAQ 100 7'312.52
NASDAQ Comb Comp 7'630.73
S&P 500 2'821.46
ESTX50 EUR P 3'327.20
Petrole Brut Baril 67.76
Source de données:  SIX Financial Information SA